SUR LA VOIE ROYALE
D’après Elfriede Jelinek
Mise en scène Ludovic Lagarde

Création le 10 novembre 2020


Dates
du 26 juin au 2 juillet 2021
T2G - Théâtre de Gennevilliers


Avec
CHRISTÈLE TUAL
PAULINE LEGROS

Mise en scène LUDOVIC LAGARDE
Création musicale WOLFGANG MITTERER
Scénographie ANTOINE VASSEUR
Lumières SÉBASTIEN MICHAUD
Costumes MARIE LA ROCCA
Masques et maquillage CÉCILE KRETSCMAR
Maquilleuse et habilleuse PAULINE LEGROS
Son DAVID BICHINDARITZ
Vidéo JÉROME TUNCER
Dramaturgie PAULINE LABIB
Assistante à la mise en scène CÉLINE GAUDIER
Traduit de l’allemand par MAGALI JOURDAN et MATHILDE SOBOTTKE
Régie générale FRANCOIS AUBRY Régie plateau ERIC BECDELIEVRE Régie lumière CORTO TREMORIN

Le texte est publié aux éditions de L’Arche

Production La Cie Seconde nature
Coproduction Le Parvis Scène nationale Tarbes-Pyrénnées, TNB - Centre Européen Théâtral et Chorégraphique, T2G - Théâtre de Gennevilliers
Avec le soutien de T&M pour la commande musicale

crédit photos GWENDAL LE FLEM

Production
Jean-Michel Hossenlopp
06 16 74 57 80

Comment faire entendre le flow théâtral de Jelinek dans Sur la voie royale ? Tout le monde est aveugle dans cette pièce. L’écrivaine qui s’y projette en prophétesse aux yeux ensanglantés. Le roi Trump en OEdipe qui fonce vers l’avenir les yeux crevés. Et nous qui savons bien que c’est catastrophique mais laissons grimper sur le trône des figures incarnant le pire de nous-mêmes. C’est a priori l’auteur qui parle dans ce texte mais quelle part d’elle-même ? Est-ce l’enfant meurtrie de l’après-guerre à Vienne, la vieille dame qu’elle devient aujourd’hui, l’écrivaine célèbre, la féministe, La prix Nobel de littérature, la poétesse radicale ou la femme assidue des réseaux sociaux, la cliente d’Amazon, la spectatrice des séries sur HBO ? Toutes ces voix à la fois. Jelinek engage tout d’elle-même et active avec parfois l’énergie du désespoir, la littérature et l’intelligence face à la violence politique et à la bêtise. Et lui le roi, de qui s’agit-il ? D’un gosse violent sérieusement frustré qui a mal tourné, d’un génie de la communication, d’un nouveau führer postmoderne, d’un businessman qui a vraiment-vraiment réussi ? Ou de notre pire cauchemar : un clown qui nous emmène rigolard et narquois vers la fin du monde... Comme dans le film Matrix ou dans les romans de James Ellroy, pour arrêter le monstre il faut pénétrer sa psyché au prix de sa propre vie. Jelinek veut détruire le phénomène Trump avant qu’il nous détruise et engage dans ce combat ses moyens littéraires et sa propre existence. L’arme subversive de l’humour et l’usage de blagues dérisoires ou acides font partie de la panoplie. L’art de Jelinek s’invente « à vue », le texte est la transcription en temps réel de la pensée en train de s’élaborer. Le texte n’a de sens que dans ses multiples interprétations, ses énigmes, visions, métamorphoses ou révélations. Et à défaut d’action il regorge d’événements. Dans un dispositif abstrait, on assistera sur scène à la transformation continue de l’interprète, pendant toute la durée de la représentation. Une maquilleuse, coiffeuse, habilleuse, interviendra à vue pour réaliser sur elle un certain nombre de transfigurations. La création musicale de Wolfgang Mitterer sera également réalisée « sur mesure », à même la voix de Christèle Tual.

Ludovic Lagarde, septembre 2020.
Crédit Gwendal Le Flem

“La vérité, vous allez apprendre à la connaître, vous allez l’entendre, peut-être pas de ma bouche, et même certainement pas de ma bouche car je ne la connais pas, je la connaissais autrefois alors qu’elle était encore toute petite, mais cela fait longtemps que nous nous sommes perdus de vue. Mais une chose est sûre, vous allez l’entendre. Vous allez entendre la vérité s’effondrer, puisque personne ne l’a soutenue, elle a seulement été outragée. Vous ne pourrez plus la voir car vous serez devenus aveugles, et pas même votre aveuglement ne sera de votre cru, on vous l’aura infligé. Quoi ? vous voulez le même aveuglement que le voyant, mais dans un autre coloris ? Plus disponible. Le roi a raflé tous les aveuglements parce qu’il a vu leurs avantages. Tout ce qui vient d’un aveugle, on le croit, il ne peut pas mentir puisqu’il n’a jamais rencontré la vérité.”
Sur la voie royale, Elfriede Jelinek, l’Arche, 2019.







Ninon Diffusion
06 61 98 69 75
contact@ninondiffusion.fr
À savoir 
Plus les hommes seront éclairés, plus ils seront libres.